Afficher ces pages dans www.namur.be
Liens utiles
Actions sur le document

Le fauchage tardif s'applique aux zones pouvant accueillir, sans danger pour la sécurité des usagers de la route, une végétation herbacée ayant atteint sa taille maximale. Dans nos régions, les végétations herbacées les plus hautes ne dépassent que très rarement 1,20 mètre.

Le fauchage est le moyen le plus utilisé pour l'entretien des bords de routes. Initialement, il était pratiqué très régulièrement pour répondre favorablement aux aspects de sécurité routière et aux critères de propreté en vigueur, imposant la plupart du temps une herbe maintenue courte.

Les avantages du fauchage tardif

La pratique du fauchage tardif permet aux plantes de croître, fleurir et fructifier. Les fleurs vont attirer une quantité impressionnante d'insectes butineurs à la recherche de pollen et de nectar. Ils féconderont les fleurs qui produiront les graines utiles au renouvellement de l'espèce mais aussi pour toutes les espèces animales granivores. Le couvert végétal sera un endroit de quiétude pour beaucoup d'animaux qui s'y reproduiront. Ainsi, un bord de route en fauchage tardif offre bien plus de services à la nature qu'un bord de route fauché trop tôt ou trop souvent.

Comment est appliqué le fauchage tardif ?

Une bande de fauchage intensif d’1,20 mètre

Sur l’ensemble du territoire, sauf exception, une bande de sécurité d'une largeur d'environ 1,20 mètre est régulièrement fauchée de part et d'autre de la chaussée, permettant ainsi de réserver un espace refuge pour les usagers de la route que sont, par exemple, les piétons mais aussi afin d’éviter que de hautes herbes ne retombent sur la voirie.

Une bande fauchée une fois par an, tardivement

La zone de fauchage tardif est située au-delà de la bande de sécurité. Elle sera, quant à elle, fauchée une fois par an, après le 1er août ou le 1er septembre, voire plus tard encore, en fonction des espèces sauvages présentes.

Dans certains cas, si la largeur du talus est suffisante et si l’emplacement le permet, certaines zones éloignées de la voirie ne seront plus fauchées et seront laissées à leur évolution naturelle pour être progressivement transformées en zones arbustives.

Des zones de sécurité

Les zones dangereuses continueront, elles, à être fauchées régulièrement tout au long de l'année. C'est le cas des bords de routes situés à hauteur des carrefours ou des intérieurs de virage. Dans les agglomérations, le fauchage sera tardif pour les talus présentant un aspect fleuri intéressant ou abritant des espèces rares ou protégées.

À propos de la fréquence du fauchage

En 2021, le fauchage des accotements a débuté début avril. Ainsi, les accotements auront été fauchés une première fois avant la repousse printanière. Depuis début juillet 2021, le second passage est en cours de réalisation.

top